My dear Burkini

Burkini swimming cap and top


French version (English version below)

Mon cher Burkini,

Tu es toujours vivant, Dieu soit loué ! Je me joins à la consternation de ta créatrice Aheda Zanetti devant la polémique dont tu fais l’objet. Il semble que nombre de Français aient gonflé les rangs de tes détracteurs ces dernières semaines, si bien que notre Conseil d’Etat, la plus haute instance juridique de notre pays, soit obligé de s’emparer de la polémique pour l’arbitrer. Heureusement que la sagesse a primé vendredi dernier. Nous avons eu le temps d’offrir à la face du monde le spectacle d’une nation gambadant allègrement de contradictions en contradictions, sans aucune appréciation de la névrose rythmant ses enjambées. Les uns te reprochent ton ostentation, d’autres ta pudeur, d’autres encore ton indécence, sans compter ceux qui t’accusent de promouvoir le terrorisme…

J’ai décidé aujourd’hui de célébrer ton existence et ton audace. D’une certaine manière, il me paraît plus naturel de m’adresser à toi directement dans la mesure où cela met en relief l’ironie du fait qu’un vêtement de plage soit la source d’autant de crispation sociale. De plus, la question touchant à la fois au religieux, au politique et au culturel, les divergences de points de vue entre individus même très proches idéologiquement sont inévitables. Par conséquent, le mode direct semble me fournir la latitude dont j’ai besoin pour traiter d’un sujet que j’estime être avant tout d’ordre personnel.

Je suis Française, chrétienne et attachée au concept de laïcité. Cependant, je constate que dans mon pays s’applique une laïcité à deux vitesses, celle des judéo-chrétiens d’une part et celles des musulmans d’autre part. La liberté de religion et de culte promue par la laïcité se trouve entaillée depuis plusieurs décennies par la stigmatisation incessante et grandissante de la religion musulmane en France. Ne voilà-t-il pas qu’aujourd’hui tu te retrouves pris en otage par des élus locaux d’une part qui veulent t’interdire car tu es trop musulman, mais aussi par les organisations islamistes d’autre part qui t’ont condamné parce que tu ne l’es pas assez.

Dans un monde où le bikini est l’outil par excellence que les féministes brandissent pour faire entendre le droit des femmes à disposer de leur corps comme elles l’entendent, on aurait bien besoin d’un rééquilibrage permettant à ces mêmes féministes de prôner le contrôle de l’image de la femme par la réserve et la pudeur de son corps. De mon point de vue, Burkini, tu es celui qui nous pointes dans la bonne direction. Ton avènement représente pour moi à la fois la libération de la femme d’une oppression idéologique islamiste ainsi que le droit de la femme à disposer de son corps et donc de sa pudeur.

Chaque homme et chaque femme est en droit de réguler ses rapports sociaux avec les autres et ses interactions avec le monde qui l’entoure dans la mesure où cela ne réduit pas la liberté d’autrui ni ne l’offense délibérément. Ainsi, chaque individu établit un compromis en fonction de son éducation et de ses valeurs avec les opinions et sentiments d’autrui. Là où certains voient en toi la perpétuation d’une oppression, je vois en toi la volonté audacieuse d’établir ce magnifique compromis. Au lieu d’une régression idéologique, tu symbolises la créativité vestimentaire, l’expression féminine et l’intégration sociale par la mode. Au lieu d’un recul de l’identité française, tu constitues un ton de plus venant, par causalité historique, enrichir la palette de couleurs de cette identité.

C’est pourquoi aujourd’hui, j’ai décidé de te porter. Je veux te soutenir et à travers toi, soutenir toutes les femmes. Je ne le ferai pas tous les jours ni même souvent, car j’ai conscience que tu es un élément caractéristique de l’identité musulmane qui n’est pas la mienne. De plus j’aime mes monokinis que je n’entends pas substituer. Mais je veux te porter aujourd’hui, à l’heure de cette polémique, en tant que Française et en tant que féministe. C’est ma part d’implication dans ce débat politique auquel tu nous renvoies, qui nous concerne tous et qui aspire à attribuer son juste espace à l’Islam dans la société française. J’estime que la laïcité a été malmenée par ceux-là même qui la défendaient. Les amalgames entre identité et religion, laïcité et assimilation, scène publique et scène privée fusent, ce de manière consciente et malhonnête la plupart du temps. Notre merveilleuse devise “Liberté, Égalité, Fraternité” se voit galvaudée par des acteurs qui se sentent mal à l’aise avec la religion musulmane et dont la réaction primaire est de traficoter des stratagèmes juridiques afin d’éponger leur inconfort.

Grâce à toi, mon cher Burkini, les supercheries et les névroses sont déconstruites. Ça ne peut être que bénéfique pour mon cher pays.

Tchi Mbouani

—-

English version

My dear Burkini,

You’re still alive, Thank God! I sympathise with the consternation of your creator Aheda Zanetti in front of the latest controversy you are a victim of. It seems that many French have joined the ranks of your detractors these past few weeks, so much so that we had to resort to the Conseil d’Etat, the highest judicial institution in France, to play referee. Luckily, wisdom prevailed last Friday. However, we have been able to watch our nation run around merrily from one contradiction to another, with no appreciation whatsoever of the psychosis that guides each of its strides. Some blame your ostentation, others your modesty, some blame your indecency, not to mention those who accuse you of supporting terrorism…

Today I’ve decided to celebrate your existence and your audacity. Some way some how, I feel like addressing to you directly is the best way to show the irony of the fact that a beach item of clothing is the source of so much social tension. Also, as the issue touches on the religious, the political and the cultural at the same time, divergence of viewpoints among individuals is inevitable, however close ideologically they may be. Therefore this direct mode helps me better enjoy the freedom of dealing with what I think should be a matter of personal choice.

I am French, Christian and also a defender of laïcité. However, I can feel that in my country laïcité bears a double standard, one for the Judeo-Christians and one for Muslims. For decades now, the freedom of religion promoted by laïcité has been eroded by the constant stigmatisation of the Muslim religion in France. The latest event is now this hostage situation you have found yourself into, between politicians on one side who want to ban you because you are too muslim and islamist organisations on the other side who have condemned you for not being muslim enough.

In a world where the bikini has become a relentless tool used by feminists to claim women’s right to control their body, we probably need some balance allowing the same feminists to claim the right for modesty of the women’s body as well. To this end, Burkini, you are pointing us into the right direction. To me, your creation represents both women’s liberation from an islamist ideological oppression and the right for women to control their body and its modesty.

Each man and woman has the right to regulate their social relationships with others and interactions with their environment, as long as they are not eroding basic freedoms nor deliberately causing offense. Therefore, each individual establishes a compromise between their education and values and the other’s opinions and sentiments. Where some see you as the perpetuation of an oppression, I see in you the courageous willingness to establish this magnificent compromise. Instead of an ideological regression, you are the symbol of creativity, female expression and social integration through fashion. Instead of a loss in the French identity, you constitute one more tone, which, as part of a natural historical outcome, enriches the colour palette of this identity.

This is why today I’ve decided to wear you. I want to support you and through you, I want to support all women. I won’t do it everyday nor often, because I am conscious of the fact that you are part of the muslim identity, which is not mine. Plus, I like my monokinis and I won’t replace them. However, I want to wear you at least today, in the time of this controversy, as a French and as a feminist. This is my way of getting involved in the inevitable political debate, which we are all concerned about and which aims at considering fairly the place of Islam in French society. I believe that laïcité has been misled by the very people who were supposed to defend it. Confusions between identity and religion, laïcité and assimilation, public scene and private scene are proliferating, most of the time purposely and dishonestly. Our wonderful motto “Liberté, Égalité, Fraternité” is being tarnished by actors who feel uneasy with the muslim faith and whose primal reaction is to fabricate the law to sponge away their discomfort.

Thanks to you, my dear Burkini, frauds and neuroses are being deconstructed. It can only be a good thing for my dear country.

Tchi Mbouani

 

Full burkini #2 cropped

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s